FAITES VOTRE ACHAT PAR PAYPAL DE MANIERE SECURISEE !
 

 

Résultat de recherche d'images pour "PMU SERVICE ABONNEMENT"   gagnez votre tiercé qaurté quinté en ordre 3 OU 4 fois  dans la semaine

  Pour plus d'information  contactez la direction  par   Whatsapp au : (+33 ) 752778336   animation montrant le déverrouillage de l’iPhone X

PRONOSTICS ABONNEE VIP
 
DIMANCHE  16  JUIN   2019 //  R1-C4

a PRONOS ABONNEE  VIP TIERCE 4 CHEVAUX  = 4-3-16-1


PRONOS ABONNEE  VIP QUARTE QUINTE 6CHEVAUX //  4-3-16-1-7-10

 

Les grilles de ZEturf, pour gagner plus

Elles sont apparues récemment sur ZEturf, enrichissant ainsi la gamme des paris hippiques proposés. Les grilles ont pour vocation de permettre aux joueurs de gagner plus, en raison d’une difficulté accrue à trouver la bonne combinaison. Les mises ne sont pas obligatoirement énormes pour autant. A découvrir !
Les turfistes savent alterner leurs jeux. D’un côté, une part de leurs mises correspond à des investissements à risque limité, mais avec aussi souvent des rapports faibles. D’un autre, ils savent tenter le gros coup, dans l’espoir du jackpot. La gamme des jeux proposée par ZEturf s’est enrichie d’une

possibilité supplémentaire de gagner beaucoup en une fois. Avec des grilles, tout simplement. Celles-ci correspondent à des ensembles de trois, quatre, ou cinq courses, avec un pari spécifique (par exemple le simple gagnant, ou le Ze2/4, etc.) sur chacune d’elle. On gagne en ayant trouvé la bonne combinaison.

Une tirelire à l’évolution visible

Comment se présentent ces grilles ? Parfois, plusieurs paris différents y sont proposés, parfois elles sont homogènes. Par exemple, vous allez avoir cinq courses avec uniquement des simples gagnants. Ou quatre avec deux Ze2/4 et deux jumelés gagnants à trouver. A chaque course son pari. Si vous jouez sur les quatre (ou cinq) courses les mêmes paris, même en gagnant à chaque fois, vous aurez un gain allant de quelques dizaines d’euros à, au mieux, 100 voire 200 euros. La grille incite en revanche à trouver simultanément tous les résultats, et avec un gain autrement plus substantiel, qui peut monter à plusieurs milliers d’euros ! Ainsi, chaque grille est associée à une tirelire. Cette tirelire est constituée d’une part du report d’une grille précédente si celle-ci n’a pas été trouvée, et d’autre part des enjeux en cours.
Vous pouvez vous rendre compte par vous-même de l’évolution de la tirelire, en allant sur la page de la validation de la grille. Une mise à jour automatique est ainsi faite toutes les heures, puis à plusieurs reprises dans la dernière heure. Cette mise à jour montre donc l’évolution des enjeux… Et donc l’évolution de la somme à gagner. Celle-ci est à partager entre les gagnants… Mais dans des cas particulièrement ardus, il arrive qu’il n’y en ait pas. Dans ce cas la somme est reportée sur une grille du lendemain.

Quelques conseils pour bien jouer les grilles

Avant de rédiger cet article, j’ai pris le temps de tester un peu ces grilles. Il faut bien sûr bien connaître le turf et les paris, mais aussi compter sur une part de chance. La vérité est que l’on perd bien plus souvent que l’on gagne… Mais pour gagner plus le jour J !
Il me semble très difficile de « fermer » un jeu. A savoir d’espérer assurer un gain. En effet, imaginons des combinés à chaque course pour se donner plus de chances, aussitôt la facture de base pour passer le pari prend vite de l’ampleur. Prenons le cas d’une grille à quatre courses portant uniquement sur des simples gagnants. Si vous jouez trois chevaux par course, cela vous fait une mise de 3 x 3 x 3 x 3 = 243 €… Forcément, ça calme, faut vraiment être sûr ! De fait, mieux vaut ne pas « jouer sa chemise » sur une grille, mais savoir ajouter des chevaux juste quand vous le sentez bien. Reprenons le même exemple d’une grille à quatre courses sur le simple gagnant, vous tentez de coup de ne jouer qu’un cheval sur trois courses, et vous ajustez quatre chevaux sur la dernière grille : là votre mise de départ n’est que de 4 €, c’est tout à fait supportable, et cela vous donne tout de même plus de chances que pour une grille à un euro.
Evidemment, comme tout (ze)turfiste averti, vous savez qu’il existe un juste milieu à trouver. Conservons l’exemple des quatre courses sur le simple gagnant, vous pouvez tout à fait jouer trois chevaux à la première course (en espérant « assurer » le fait de ne pas perdre dès la première…), un seul aux deux suivantes, et à nouveau trois dans la dernière (si vous êtes toujours en piste, au moins vous aurez plus de chances de gagner). En l’occurrence, ça vous fait une grille à 9 euros, ça reste raisonnable, et ce compromis entre jeux secs et combinés peut déboucher sur des résultats intéressants.

Faut-il jouer les favoris ? Sur quelles courses jouer des mises multiples ?

Il en est de la grille comme pour tous les paris hippiques : on n’assure pas forcément le coup en jouant les favoris. Seuls les pénaltys (ces chevaux à moins de 2/1…) sont a priori des bases solides. En fait, le parieur doit savoir alterner. Pour certains jeux, c’est peut-être plus simple de trouver sans jouer de combinés. Je pense au Ze2/4 notamment. S’il y en a dans la grille que vous jouez, profitez-en pour éviter de trop lourds (et trop chers en mises) combinés sur ces courses. Je vous rappelle que l’important dans un Ze2/4 est de trouver deux chevaux qui arrivent parmi les quatre premiers. Donc pas forcément les gagnants potentiels (genre bourrés de talent, mais dont on ne sait jamais s’ils ne feront pas une faute…), mais les plus réguliers dans les bonnes performances (regardez la musique : un cheval qui termine presque tout le temps dans les cinq premiers et qui n’est que très rarement fautif constitue une excellente base de Ze2/4). Ainsi, prenons le cas d’une grille avec des courses ayant le Ze2/4 comme pari, et d’autres avec le jumelé gagnant, vous pouvez jouer « sec » les Ze2/4, en alternant avec des combinés sur les jumelés gagnants, toujours plus délicats à trouver. Une manière d’avoir une grille cohérente et compétitive, pas trop chère en mise, et avec une chance réelle de succès.

Combinés ou champs réduits ?

Concernant les courses de votre grille sur lesquelles vous êtes prêts à jouer des mises multiples, comment s’y prendre ? En temps habituel, savoir varier entre jeux combinés et champs réduits en fonction des circonstances est une qualité. Je vous renvoie, en bas d’article, à quelques liens où je vous ai déjà parlé du sujet. Mais pour les grilles, où la difficulté consiste à trouver sur plusieurs courses à la fois la bonne combinaison, le fait de jouer une mise multiple sur une course doit ressembler le plus possible à une assurance de résultat, pas à une recherche supérieure de gains. Vous avez déjà spéculé sur les courses jouées « sec », la mise multiple doit vous octroyer, autant que possible, le bon résultat pour la course en question. Dans la cas particulier de la grille, je ne saurais trop vous conseiller de privilégier le jeu combiné au champ réduit. Car le champ réduit signifie choix de bases, donc un  seuil de risque supplémentaire… Evidemment, au cas par cas, le turfiste averti trouvera des exceptions, l’important étant évidemment de bien sentir le coup.

En résumé

Les grilles sont particulièrement attrayantes, car génératrices de gains optimaux. Pour autant, trouver les résultats réclame (à moins d’un coup de chance majeur, façon loto…) une analyse fine des courses proposées dans les grilles. La difficulté consiste à avoir des chances réelles de résultats, sans pour autant jouer des mises démesurées. Une certaine gymnastique s’acquiert pour cela, j’espère vous avoir donné dans cet article de bonnes pistes de réflexion…

zeturf1

L’offre multimedia de ZEturf enrichie

ZEturf innove en utilisant à fond le mode multimedia ! Au fil du temps, vous avez découvert les vidéos des courses en direct, puis les replay, l’émission radio Radio balances, et voilà que s’ajoute « l’après courses », soit une série de vidéo-reportages sur les coulisses du monde hippique. Une gamme complète, à découvrir.

Vous devez déjà être habitués à l’un ou l’autre de ces outils, mais à tout hasard, reprenons-les un à un. La très grande majorité des courses sont diffusées en direct sur ZEturf. Au minimum, les deux réunions principales de la journée sont même commentées par les pro de ZEturf, autant dire qu’on ne vous raconte pas n’importe quoi. Si vous avez raté l’heure de la course pour x raison (travail, autre occupation…), vous avez un service de vidéos à la demande : pendant 24 heures, vous pouvez actionner le replay de la course que vous souhaitez voir, ou même revoir pour bien l’analyser.
Ces possibilités de visualisation des courses doivent vous aider à prendre des notes sur le comportement de certains chevaux, notes que vous pouvez stocker sur l’espace, simple et accessible, de « mes favoris » de ZEturf.
Mais avoir d’autres avis a également son intérêt. Les débats de l’émission Radio Balances, où plusieurs journalistes opposent leurs arguments en étant entrecoupés d’interviews de professionnels hippiques, vous apporteront beaucoup pour préparer vos courses du week-end, et sur le monde hippique en général. Au passage, le site internet de radio balances vient d’être rafraichi, à découvrir donc.
Enfin, pour parfaire vos découvertes, l’offre multimédia présente également, depuis peu, des vidéos d’interviews, visites ou autres reportages en tous genres. La rubrique s’appelle l’après courses. On y trouve, pèle-mêle, la visite de l’atelier d’un fabricant de van, l’interview d’un entraineur, des prises de nouvelles sur l’état d’avancement de forme d’un cheval… Des reportages vidéos variés directement liés aux professionnels des coulisses des courses.
Comment retrouver tout cela ? Pour les vidéos des courses, vous allez sur leur présentation pour les voir en direct, ou leur résultat pour les revoir, en cliquant sur le lien proposé. Pour Radio Balances, vous avez un lien depuis la Home page de ZEturf. Pour les vidéos de reportages, depuis la Home Page, vous laissez défiler le slider (les images défilantes en haut), jusqu’à ce que celle vous indiquant « ZE TV » arrive, et vous cliquez dessus. Un accès simple pour des infos majeures, et gratuites, il suffit d’être inscrit !

zeturf2

Savoir parier en fonction des cagnottes

Vous l’avez remarqué, ZEturf propose au moins une cagnotte à gagner par semaine. Le plus souvent, il s’agit de trouver trois, quatre ou cinq fois le pari du jour dans une réunion, pour au final espérer partager cette cagnotte entre les gagnants. Comment faire pour postuler ? Cet article a vocation à vous donner des pistes.
Tout d’abord, vous devez définir rapidement si la cagnotte proposée est « facile » ou « franchement difficile ». Dans le premier cas, vous aurez plus de chances de figurer parmi les gagnants, mais ne serez pas le seul, donc la cagnotte en question sera divisée d’autant. Dans le second, ce sera bien plus dur, mais le jeu peut en valoir la chandelle… Si vous y arrivez. Pour être concret en donnant mon avis, je dirais que les cagnottes sur les trios ordre sont difficiles, et que celles sur les Ze2/4 sont faciles. Les autres… entre les deux ! et ZEturf s’ingénie à proposer des degrés de difficultés différents pour plaire aux uns, et aux autres.
Donc, déjà, appréciez votre propre niveau en tant que turfiste, et sachez choisir sur quelles cagnottes vous allez vous lancer. Si vous avez l’impression d’être « plutôt bon » sur les trios par exemple, alors lancez-vous dans une cagnotte « trios ». Mais si vous n’en trouvez jamais, n’espérez pas, tout d’un coup, en trouver cinq le même jour, attendez la cagnotte suivante !
Donc, partons du principe que vous allez concourir. Déjà, assurez-vous que votre compte est suffisamment achalandé pour tenir jusqu’au bout, il n’y aurait rien de pire que d’être « dans la course » et de manquer de fonds pour le denier pari. Car il faut pas trop compter sur les gains obtenus au fur et à mesure pour remiser avec dans la course suivante. Imaginez par exemple qu’il y ait une enquête suffisamment longue pour que vous ne soyez pas approvisionné à temps ? Tout peut arriver dans les courses, comme dans les paris…
Ensuite, il faut à tout prix « assurer » les premiers résultats. Donc, « mettre la gomme » en termes d’enjeux. Deux méthodes, la première consiste à faire le plein de paris unitaires différents… Personnellement je préfère largement la seconde qui vise à fermer le jeu, mais avec des combinaisons élargies. Celles-ci peuvent consister soit en un jeu combiné relativement long, soit en un jeu avec une base (plus vous prenez de bases, plus vous prenez de risques, donc essayez de vous limiter à une) et toute une série de chevaux derrière en champ réduit. Dans ces cas, les enjeux sont coûteux. Si jamais ce sont les favoris qui arrivent, même si vous avez vu juste, vous ne vous rembourserez pas forcément avec les gains du jeu : c’est donc bel et bien la cagnotte qui vous permettra de passer, en fin de parcours, une journée positive.
Faites un point d’étapes au bout de deux courses. Trois cas de figure : 1. vous n’avez décidément pas de chance, même en mettant la dose, vous ne trouvez pas. Dans ce cas, laissez ce challenge, sinon vous allez y laisser votre chemise. Tant pis, vous réessaierez une autre fois. 2. ça démarre bien vis-à-vis de la cagnotte, mais les rapports ne sont pas terribles et vous êtes dans le rouge si vous regardez la différence entre les sommes engagées et les sommes reprises. Là, commencez à réfléchir, si les arrivées sont toutes « trop faciles », il y aura beaucoup de gagnants, et donc la cagnotte sera divisée fortement. Le but du jeu est quand même qu’elle puisse vous rembourser, au minimum, et même qu’elle vous rapporte. je vous suggère dans ce cas de continuer à jouer la cagnotte, mais en vous auto-limitant quant aux sommes engagées. 3. Vous avez bien démarré, et en plus l’un de vos paris a été fructueux en termes de rapports. Là, votre journée est déjà gagnante, vous pouvez espérer viser encore plus haut grâce à la cagnotte. N’hésitez pas à élargir vos combinaisons au maximum pour ne pas rater un résultat. Comme il y a eu au moins une surprise, et que vous l’avez trouvée, il n’y aura pas tant de gagnants que ça au final, et la part de cagnotte sera belle, tentez le coup !
En espérant vous avoir éclairé quant aux stratégies à tenir. A vous de jouer désormais !

zeturf3

Vous souhaitez un nouveau pari sur ZEturf ? Dites-le !

17 octobre 2013 ZEturf publie en ce moment un sondage pour permettre à ses membres d’exprimer leurs avis. Parmi les questions posées, la connaissance et l’utilisation des paris existants, mais aussi la possibilité d’expliquer ce que pourrait être, selon

zeturf4

L’intérêt de refaire le papier après la course

Vous avez fait le papier d’une course, avez parié en conséquence, puis regardé la course, et observé ainsi qu’elle ne s’est pas déroulé du tout comme vous l’aviez imaginée : c’est le bon moment pour refaire le papier de la course, en étant aidé par la réalité des faits.
Oh, je sais, vous pensez : « Qu’est-ce qu’il nous fait Tarzan ? Une fois les paris perdus, ils ne reviendront pas… » Et c’est une évidence. Pour autant, et à condition bien sûr que le quotidien vous en laisse le temps, refaire le papier après la course peut vous permettre de progresser grandement pour la suite. Car la base du pari hippique, c’est le raisonnement. S’il se révèle faux, c’est peut-être par manque de chance, ça arrive, mais peut-être aussi parce que les variables choisies par le parieur n’étaient pas les bonnes. Fallait-il privilégier la valeur intrinsèque des chevaux ? Leur état de forme ? Leur position au départ (autostart ou premier échelon au trot, stalle de départ au galop) ? L’état du terrain ? Les tuyaux d’entraînement donnés par tel ou tel média ? Les dires de l’entraîneur ou d’un autre proche ? Les statistiques ? La distance ? Elles sont si nombreuses ces variables que ce n’est jamais facile de choisir… Et c’est d’ailleurs ce qui fait le charme des paris hippiques.
Donc, je reprends. Vous avez bien fait le papier d’une course, et pourtant, en la regardant, non seulement l’arrivée ne vous convient pas, mais en plus elle ne s’est pas du tout déroulée comme vous l’aviez imaginée. Profitez alors de la possibilité offerte par ZEturf de revoir la course dans les 24 heures qui la suivent. Et regardez la à nouveau, cette fois en vous concentrant autant que possible sur le parcours de ceux qui ont terminé devant. Et essayez de comprendre, par rapport aux données que vous aviez collectées avant la course, comment ce cheval que vous n’aviez pas vu a réussi à accélérer pour coiffer tout le monde. Reprenez son papier d’origine, voyez pourquoi vous l’aviez écarté, voyez son allure pendant la course… Bref, essayez de comprendre ! Peut-être l’aviez-vous écarté parce qu’il faisait une rentrée ? Mais alors, vérifiez ses rentrées précédentes, n’y avait-il pas déjà obtenu des résultats probants ? Auquel cas, vous pouvez le conserver dans votre votre rubrique « mers favoris » sur ZEturf en précisant : « attention, peut bien faire dès sa rentrée ». Ce qui vous permettra de faire fi, à l’avenir, des pronostics de journalistes faits trop rapidement, alors qu’après tout, c’est vous qui jouez…
Il ne s’agit là que d’un exemple, mais vous trouverez par vous-même de multiples bonnes raisons pour refaire un papier après une course. Pour vos prises de notes futures. Ou prendre en compte des critères que vous laissiez de côté jusqu’alors… Un résultat trouve, le plus souvent, une explication rationnelle. La « faute à pas de chance » peut bien sûr arriver, mais si vous la constatez trop souvent, c’est peut-être aussi parce que vous ne prenez pas le temps de réflexion nécessaire au bon raisonnement.
Allez, bon courage, vous allez y arriver !

zeturf5

Pariez en ligne… Et repartez avec un Picasso sous le bras !

Et si vous gagniez une toile de maître, un tableau de Picasso, simplement en pariant en ligne sur les courses hippiques ? L’idée peut paraître saugrenue, elle est surtout ludique, du genre comme on aime en période estivale. Et surtout, elle n’a rien de virtuelle : parier en ligne, et repartir avec un Picasso sous le bras, c’est possible… avec Zeturf.
Vous avez l’habitude de jouer sur ZEturf, un peu à tous les paris. Hé bien, en l’occurrence, vous n’avez rien d’autre à faire… sinon à espérer être tiré au sort. Et avoir, derrière, l’opportunité de participer à une loterie dont le gros lot est un tableau de Pablo Picasso. En personne !

zeturf6

Reprenons pour être bien clair. D’abord, vis-à-vis de l’organisateur, ZEturf, vous devez avoir joué au moins une fois dans la semaine pour chaque pari existant (simple, ZeCouillon, jumelé, jumelé ordre, trio, trio ordre, Ze4, Ze5, Ze2/4, Ze234 et Ze345). Unique contrainte, avoir joué au moins un euro par pari, donc avoir évité, au moins une fois les mises fractionnées. Si vous êtes un habitué, vous le faites quasiment naturellement, car c’est la meilleure manière de pouvoir fermer ses jeux. Il vous faudra juste veiller à ne pas en oublier un au passage. Ensuite, à la fin de la semaine, ZEturf procède à un tirage au sort parmi tous les joueurs ayant réalisé ces paris. L’opérateur de paris achète ensuite le billet de tombola, et l’envoie à l’heureux gagnant… En espérant bien sûr que derrière le ticket en question se cache le Picasso !

En participant à une oeuvre

Cette tombola, je vous la décris. Elle est organisée par l’association internationale de la sauvegarde de Tyr (AIST). La toile de Picasso est estimée à 1 million de dollars. Il y a 50 000 tickets de tombola qui sont vendus, à 100 € l’unité. Soit 5 millions de dollars de récoltés, donc 4 millions de dollars de bénéfice sur la vente une fois le Picasso cédé. Ce bénéfice servira à deux projets visant à rénover Tyr (photo ci-contre), ville libanaise historique, classée au patrimoine de l’Unesco, située à 70 kilomètres au sud de Beyrouth. L’usure du temps, mais aussi les bombardements, les pillages… ont rendu cette cité comparable à Alexandrie méconnaissable, d’où ce besoin de trouver des fonds.

zeturf7

C’est donc l’un de ces 50 000 tickets de tombola que vous offre Zeturf chaque semaine pendant l’été. Chaque gagnant chez ZEturf aura donc une chance sur 50 000 de remporter le Picasso… Ça paraît peu, mais vous qui suivez les courses hippiques, vous savez qu’il peut arriver qu’un extrême outsider gagne… En plus, j’ai envie d’ajouter, quel que soit le vainqueur de la tombola, il n’aura eu au départ d’une chance sur 50 000. Et quelque part, la probabilité reste largement supérieure à celle du loto. Tout est donc possible ! Détail pratique : le tirage au sort de la tombola aura lieu le 18 décembre 2013.

Un dessin gouaché d’une valeur d’un million de dollars

Un mot sur le tableau. Il s’appelle « L’homme au gibus« , et a été peint en 1914. Vous en avez l’image avec l’article. Il s’agit en fait d’un dessin gouaché, le gibus étant, pour les profanes, cet amusant chapeau. Il est, bien sûr, authentique.
Alors voilà, moi je vous imagine bien avec votre Picasso accroché au-dessus de votre ordi pendant que vous pariez sur ZEturf… Vous pourriez vous adresser à lui, ou à son auteur : « Tu te rends compte Pablo, j’ai failli oublié le ZeCouillon, j’aurais pu ne jamais t’avoir ! » Pas vous ?

zeturf8

Le moment idéal pour changer ses ZEmiles en euros

Vous l’avez sans doute remarqué, le programme de fidélité de ZEturf, les ZEmiles, permet d’obtenir 10 euros à jouer dès que l’on atteint 2000 points. Oui, mais ne vaut-il pas parfois mieux attendre un peu pour changer plus ?
Rien n’oblige en effet à changer ses ZEmiles dès l’échéance des 2 000 points atteinte. Rien n’est automatique en la matière, et le joueur a donc le choix entre changer dès qu’il le peut, ou plus tard mais avec davantage d’euros à la clef.
Avant toutes choses, ayez en tête le règlement qui régit les ZEmiles : ils sont valables 12 mois, et sont perdus en cas d’absence de paris pendant 60 jours. Ce qui signifie que la souplesse dont vous bénéficiez pour les changer doit éviter de dépasser une année, ou encore de traverser une période d’inactivité sur le site de plus de huit semaines. Ce serait tout de même dommage de les perdre !
Ensuite, prenez en compte que les euros que vous allez obtenir, vous allez devoir les jouer. Les ZEmiles deviennent des euros véritables à la seule condition qu’un montant équivalent soit joué ensuite sur le site avant de penser à retirer de l’argent. Dans un premier temps, il faut les considérer comme un bonus.
A partir de là, il est avantageux de les changer de suite dès lors que l’on craint d’oublier de vérifier que l’on ne passe pas une année ou que l’on n’est pas sûr de rejouer avant deux mois. Egalement pour rejouer au plus vite et n’avoir plus « en caisse » que de l’argent que l’on peut retirer sans se poser de question. Ou tout simplement pour savoir facilement et sans calcul où on en est.
Mais je sais que certains joueurs spéculent aussi sur les ZEmiles. Ils se les gardent au frais tant que leur compte est abondé. En gros, tant qu’ils sont, globalement, gagnants. Ainsi, le jour où la malchance devient répétitive au point de mettre le compte à sec, ce dernier se retrouve réactivé par une somme moins modeste que 10 euros. Car si 2000 points donnent droit à 10 euros à jouer, 2200 peuvent être échangés contre 11 euros, 2400 contre 12 euros, etc. Si vous « laissez de côté » vos ZEmiles alors que par ailleurs vous jouez assez régulièrement, vous pouvez en cumuler largement plus que 2000, et donc avoir votre propre petite cagnotte.
Il s’agit de manières différentes d’appréhender les ZEmiles. Je n’ai personnellement pas de conseil à donner en la matière, chacune et chacun font « comme ils le sentent », j’attire juste votre attention qu’il n’est pas obligatoire de les changer dès que l’on atteint les 2000 points.
Qu’en pensez-vous ? Vous est-il déjà arrivé de garder de côté vos ZEmiles ? Y avez-vous trouvé un avantage ? N’hésitez pas à témoigner en commentaires à cet article.

zeturf9

Quatre jours, quatre paris, un défi… une cagnotte !

ZEturf propose une nouvelle forme de défis pour agrémenter les paris de début de semaine, avec une cagnotte à la clef. Il faut avoir trouvé un pari spécifique le lundi, un autre le mardi, un troisième le mercredi et enfin un quatrième le jeudi pour prétendre décrocher sa part. Suivez le guide.
Toutes les courses hippiques ont leur intérêt, mais il est vrai que médiatiquement, celles de fin de semaine attirent davantage l’oeil. Aussi, pour rendre leur lustre aux premières disputées dans la semaine, ZEturf a trouvé une ingénieuse manière d’utiliser l’une de ses célèbres cagnottes. Au passage, l’esprit ludique mais aussi éducatif vis-à-vis des différentes possibilités de jeu oriente le défi en question sur quatre sortes de paris différents. Et pour pimenter le tout, la difficulté arrive crescendo, un peu comme un col d’une course cycliste qui serait monté au train, de plus en plus vite, pour éliminer au fur et à mesure les postulants et n’en garder qu’un petit nombre, qui se partagent les places d’honneur. En guise de places d’honneur, avec ZEturf, c’est d’une cagnotte dont il est question : 5000 € à se partager entre les parieurs les plus perspicaces.
Quant aux épreuves, ça commence relativement facilement le lundi : sur la course du Ze5 de la réunion Chantilly, il faut trouver le vainqueur en simple gagnant… Comme rien ne vous interdit de jouer plusieurs chevaux, ça devrait passer pour beaucoup. Ensuite, le mardi, ça se complique, mais pas encore trop : il faut trouver le jumelé gagnant de la course du Ze5 de la réunion de Châteaubriant. Là encore, comme vous pouvez multiplier les possibilités, vous devez pouvoir vous en sortir. Mercredi, ça se complique encore un peu. Dans la course du Ze5 d’Enghien, il faut trouver le trio. Quelques champs réduits, ou complets, et vous pouvez encore espérer être toujours, pour reprendre l’image de la course cycliste, dans le groupe de tête à l’issue de ces premiers lacets. Reste la quatrième épreuve, jeudi : là, il faudra trouver le trio ordre, toujours de la course support du Ze5, à Chantilly. Sachant que si vous êtes tentés alors de jouer en formules complètes (ce que je comprends), il faut savoir qu’en diminuant le montant de vos mises (un trio dans tous les ordres peut être joué pour 20 centimes), vous diminuerez d’autant votre part de cagnotte. Vous aurez donc un dilemme à résoudre : assurer le coup, ou tenter d’être grand seigneur pour rafler une meilleure mise.
Mais déjà, pour bien commencer, pensez à jouer au moins cinq ou six chevaux en simple gagnant le premier jour… D’ailleurs j’en connais qui vont tous les mettre, mais ceux-là risquent la désillusion de reprendre une somme inférieure aux enjeux. Alors, soyez malin, choisissez bien !
Ah, un dernier mot : ce type de challenges de début de semaine sera sans doute reconduit de temps à autre, mais pas systématiquement, alors guettez les annonces de ZEturf.

zeturf10

Le cas du cheval qui recourt moins d’une semaine après

Je vous parle ici du cas du cheval qui recourt en piste moins d’une semaine après sa précédente course. Car en toute logique, un concurrent doit se reposer entre deux compétitions. Si son entraîneur déroge à cette règle, alors le parieur doit se demander pourquoi.
Il s’agit d’un sujet que j’avais déjà évoqué avec vous (lien en fin d’article), mais ça date de presque 4 ans maintenant, et je l’enrichis ici. D’autant que cette observation est toujours aussi concluante à mon sens.
Regardez de quand date le précédent engagement des concurrents en lice dans la course qui vous intéresse. Si vous en voyez un qui recourt à trois, quatre ou cinq jours d’intervalle, alors vous devez comprendre que son entraîneur va à l’encontre des habitudes, selon lesquelles il faut laisser l’athlète récupérer au moins huit jours après un effort. Et s’il le fait, c’est bien sûr avec une raison.
Deux cas peuvent se présenter alors. Primo, le cheval n’a pas couru à fond dans sa première course, bloqué dans le peloton, sans même fournir le moindre effort final. Secundo, il a fait sa course, mais est dans une telle forme qu’il faut en profiter au plus vite. Si nous sommes dans le premier cas, cela ne signifie pas grand-chose pour les parieurs, juste que l’entraîneur n’a pas été satisfait par la première course. En revanche, dans le second cas, si l’entraîneur veut profiter de la forme du cheval, alors vous aussi ! Il faut parier dessus, l’intégrer dans vos combinaisons.
Dès lors, je vous vois venir avec la question qui vous pend au bout des lèvres, comment savoir si nous sommes dans le premier ou le second cas ? Vous avez pour cela plusieurs sources possibles pour récolter l’info. La première, la plus simple, le pronostiqueur l’intègre dans son commentaire. La deuxième, vous devez aller fouiner dans une banque de données, telle Zeturf Pro, pour voir si le cheval ne bénéficie pas d’une annotation lors de sa course précédente. Si vous vous apercevez alors qu’il aurait pu « avoir un meilleur classement » s’il n’avait pas été gêné (par exemple), alors vous comprenez qu’il est plein boum. En revanche,  s’il a terminé « dans le lointain » ou « sans jouer aucun rôle« , alors aucune conclusion positive ne doit être tirée…

zeturf11